Bach à la médiathèque !

Un grand merci au conservatoire et à la médiathèque d’organiser ces moments de musique…

apéro concert 2014    Le lieu est propice à l’écoute… ainsi nous avons imaginé ensemble, autour du clavecin, ce que pouvait être l’enseignement de ce génie, à ce petit jeu sans prétention, l’imagination de chacun a pu vagabonder au gré des notes et de la mise en scène, gageons que ce petit voyage totalement fantasmé nous ait fait entrevoir « papa Bach » sous l’impressionnante perruque contrapunctique du Cantor ! 

A coup sûr, il se serait lui même réjouit devant les plateaux de victuailles qui nous furent offerts à l’issue de la séance … apéro !

Conservatoire du Creusot : http://www.le-creusot.fr/le-conservatoire-de-musique-et-de-danse

Médiathèque du Creusot : http://www.mediatheque-lecreusot.fr/

 Merci aussi à Jacqueline pour le beau tableau représentant Bach à l’orgue,  et bien sûr à

Gérard, pour son talent de narrateur    moi à la médiathèque 2014   … pascal 

 

 

le clavecin ayant suscité beaucoup d’intérêt , je vous propose de visiter le site du facteur   http://llorens_clavecins.i-factoryweb.net/pages/Clavecins.htm 

 

 

 

Clavecin à la médiathèque le 28 novembre…

Dans le cadre des « apéros concerts » du conservatoire l’APMO vous signale celui du vendredi 28 novembre dont le thème « Bach pédagogue » permettra à travers divers pièces de clavecin d’évoquer et d’imaginer le quotidien de l’apprentissage musical autour de Jean-Sebastien. « Le vieux Bach, notre père à tous » dixit Debussy ! rendez-vous à 18H15 à la médiathèque du Creusot… avec Pascal Sabot au clavecin vous entendrez des extraits du petit livre d’Anna Magdalena Bach, préludes , inventions, suite française et concerto d’après Vivaldi…  Cool ! Bach lunette     environ 45 minutes de musique  Ecoutons Carl Philipp Emanuel Bach à propos de son père et de la technique de clavier «  Feu mon père m’a raconté qu’il avait entendu dans sa jeunesse de grands hommes qui n’utilisaient leurs pouces que lorsque c’était rendu nécessaire par de trop grands intervalles . Comme cependant il avait vécu un temps où le goût musical subit peu à peu des métamorphoses tout à fait particulières , il fut contraint d’imaginer un usage beaucoup plus parfait des doigts , en particulier d’utiliser le pouce comme il semble que la nature veuille le voir utiliser, ce pouce qui, outre d’autres bons services, est tout-à-fait indispensable dans les tons difficiles . De son oisiveté antérieure, le pouce a été ainsi élevé aux fonctions de doigt principal  »   K Ph